L’Iliade. Chant 24.
(il y eut d’abord 24 chants de l’Odyssée, voici le 24ème de l’Iliade, un chant par jour, il y a donc 48 jours que nous sommes tenus chez nous. Ici, fin du voyage de lecture de L’Iliade et l’Odyssée)
Il n’y aura pas un mort de plus dans ce récit. Le 24ème et dernier chant de l’Iliade ne nous raconte pas la chute de Troie. Loin s’en faut. Nous sommes toujours dans la neuvième année de cette guerre qui dura dix ans.
On peut imaginer que huit autres récits précédaient celui-ci, et qu’il nous manque aussi le dixième, qui racontait la fin de Troie.
***
Maintenant, les grecs sont partis se coucher. Seul Achille ne dort pas. Il pleure toujours Patrocle. Alors il attelle encore une fois ses chevaux, attache Hector pour le traîner autour de la tombe de Patrocle. Trois fois il en fait le tour, comme trois fois il fit le tour de Troie à la poursuite d’Hector avant que celui-ci ne s’arrête.
Achille veut outrager Hector.
Alors les dieux entre en palabre. Ne faut-il pas faire comprendre à Achille qu’il convient de rendre le corps aux troyens. Déjà Apollon s’emploie en permanence à ce que le corps d’Hector reste intact, malgré les kilomètres à être traîné par des chevaux… Douze journées et douze nuits passent à ces palabres et aux outrages d’Achille sur Hector.
Zeus tranche enfin. Il faut prévenir Priam, le roi troyen, qu’il doit venir chercher son fils chez Achille, en franchissant les lignes grecques, et fournir une plantureuse rançon. Et il faut dire à Achille qu’il doit rendre la dépouille mortelle d’Hector à son père.
Les messages arrivent aux deux hommes, qui les comprennent et les acceptent. Non sans quelques difficultés du côté troyen. Il s’agit quand même pour le roi de se rendre en territoire ennemi, seul et désarmé…
Zeus prévoit un gardien divin au roi troyen : Hermès.
Celui-ci l’accompagnera et veillera à ce qu’aucun grec ne s’aperçoive de la présence de Priam chez Achille.
Priam a attelé ses meilleurs chevaux et chargé une rançon colossale. Il franchit la plaine. hermès lui fait franchir les premières lignes grecques et l’emmène chez Achille.
Achille semble s’étonner de la présence du vieux roi, mais il sait que les dieux lui ont demandé de rendre Hector. Et il l’a accepté. Alors il rend les hommages les plus fervents au père de son pire ennemi. Il l’accueille, il le nourrit, il prépare le corps d’Hector au mieux pour que le père ne puisse s’effrayer en le découvrant. Et en effet Hector est resté beau.
Enfin Priam et Achille se font face : Priam admire Achille, et le trouve divinement beau, Achille admire Priam, contemple son noble aspect et écoute sa voix avec émotion.
Alors Priam s’endort chez Achille, et Achille retrouve enfin son lit où il retrouve Briséis qui lui avait été enlevée au chant 1 par Agamemnon. Il dort lui aussi.
Prudent, Hermès réveille Priam, et ils repartent discrètement vers Troie, avec la corps d’Hector.
A Troie, ce sont les larmes.
On va honorer Hector. Achille a accordé 12 jours (comme les 12 qui viennent de s’écouler pour Patrocle) à Priam et aux troyens, afin qu’ils puissent noblement honorer Hector.
On prépare le bûcher. On recueille les ossements. Puis l’on banquète.
« C’est ainsi qu’il célèbrent les funérailles d’Hector ».
***
Ainsi s’achève cette Iliade, qu’on aurait tout aussi bien pu appeler « L’Achillade » puisque je trouvais déjà qu’on aurait dû nommer sa suite, en français, « L’Ulyssée ».
Ce n’est pas la fin de l’histoire. Achille trouvera la mort sous les remparts de Troie, et Ulysse emportera la ville grâce à son cheval de bois… Mais ces récits font partie d’autres tranches d’histoire. Rapportées par d’autres auteurs.
C’est un peu comme si nous avions assisté à deux épisodes de la saga de Ferdinand (le roman d’un acteur), par Philippe Caubère. Toutes proportions gardées. Deux épisodes donnent du plaisir, mais il y manque la vision d’ensemble. Difficile de savoir ce que ce tout était…
Cet épisode-ci est pourtant clairement une réflexion sur les causes et les effets de la colère. Les dieux n’étant jamais tout à fait éloigné ni des causes, ni des effets…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.